Grand froid – Le préfet en visite au Centre d’hébergement du Renouveau

B.Boulay 26 février 2018 0
Grand froid – Le préfet en visite au Centre d’hébergement du Renouveau

Après avoir déclenché le plan Grand Froid, le préfet visitait cet après-midi, l’accueil d’urgence au Renouveau d’Épinal. Les Vosges disposent de 160 places d’hébergement, qui peuvent être  complétées par des chambres d’hôtel.

« Avec le grand froid annoncé, nous avons déclenché le niveau 2 de vigilance, c’est-à-dire pour des températures entre -10°c et -18°C, explique le préfet Pïerre Ory. On met sous tension tout le dispositif pour que tous soient vigilants à ne laisser personne sans hébergement. Les forces de l’ordre sont attentives et les maraudes sont multipliées ». En niveau 2, c’est 3000 places en plus pour la France sur les 49 000 places.

Il peut y avoir aussi de la précarité cachée

« Pour un maire, c’est une préoccupation, confirme Michel Heinrich, maire d’Épinal. À Épinal, il y a très peu de gens dans la rue et on les connait tous. Il n’y a plus aujourd’hui de grands résistants farouchement opposés à tout hébergement. C’était notre grande hantise car on ne peut pas les obliger à rejoindre un accueil. Mais on sait qu’il peut toujours y avoir de la précarité cachée, des gens qu’on ne connait pas ou qui ne veulent pas qu’on sache qu’ils n’ont plus les moyens de se chauffer« .

Une population plus jeune avec des problématiques lourdes

Mourir de froid dans la rue aujourd’hui en 2018 est inconcevable ! En 2017, le Renouveau a accueilli 11 hommes en urgence hivernale et 168 personnes ont été accueillies sur tous les dispositifs. « Nous avons moins de turn over et nous accueillons une population plus jeune (moins de 25 ans) avec des problématiques plus lourdes, des gros problèmes familiaux et des problèmes d’addiction, mais c’est aussi la tendance nationale« , confie Martine Jeandon, directrice du Renouveau.

Il faut leur apprendre à habiter leur logement

« Il y a beaucoup de suivi et d’accompagnement pour remettre ces personnes dans le circuit social. Il ne suffit pas qu’elles aient un logement, il faut leur apprendre à y habiter, à respecter les voisins et à être autonomes dans la vie quotidienne. Pour certains, il faut leur apprendre à coucher dans des draps, pour d’autres à faire cuire les pâtes dans de l’eau et pour le 3e à respecter son tour de vaisselle« , explique-t-elle.

De 64€ à 16€/j/pers

Ici au Renouveau, il y a 3 chambres et en plan de niveau 2, on peut ajouter des lits pour obtenir jusqu’à 15 places. Le Renouveau dispose aussi d’un logement avec 3 chambres pour une femme avec des enfants et un logement sur la ZAC. L’hébergement d’urgence est de la compétence de l’État et la baisse de dotation pour le Renouveau est de 3%. « On est passé de 64€ à 16€/jour et par personne. Pour 73 personnes, il y a 5,6 travailleurs sociaux. On ne peut pas faire de miracles ! Et j’ai 9 budgets à gérer rien que pour l’hébergement, parce que ce ne sont pas les mêmes dispositifs« , remarque encore Martine Jeandon.

En attendant un logement …

Aujourd’hui, Michaël, 28 ans est là en attendant que sa demande de logement aboutisse. Il vivait en cohabitation avec un ami qui est mort d’overdose. Comme le logement n’était pas à son nom, il n’a pas pu y rester et s’est retrouvé à la rue. Il explique qu’il a du mal à trouver du travail en tant qu’adulte handicapé, mais qu’il touche une allocation et aura droit à l’APL.

Un chez soi d’abord …

Mourad est là depuis 3 semaines. Lui aussi attend « son chez lui ». Il était au Centre d’hébergement du Beillard. Il a travaillé en intérim et s’est efforcé d’être là à l’heure et de montrer qu’il était fiable mais quand on n’a pas de moyen de transport, on dépend des autres et des trabsports en commun. Il parle du décès de sa mère qui a suivi celui de son père, de son ennui, peut-être d’une dépression, mais il a surmonté cette mauvaise passe. Il a envie de se remettre à niveau et de valider l’expérience qu’il a acquise. Il s’est fixé des étapes, d’abord le logement puis la formation et le travail.

Places d’hébergement

ABRI Pouxeux : 19 places

Le Renouveau : 43

Le Beillard : 56 places dont 6 à Saint-Dié

ADALI : 7 dont 2 à Liffol-le-Grand et 5 à Neufchâteau

Épinal : 4

Thaon-les-Vosges : 2

auxquelles peuvent s’ajouter 6 places en CHRS et 24 pour la FMS.

 

Commentez l'article »