Imaginales – JM Damien, le trait qui croque !

B.Boulay 29 mai 2016 0
Imaginales –  JM Damien, le trait qui croque !

Jm Damien croque un âne, « l’âne de Roland Dorgelès », confie-t-il, et devant mon air dubitatif, il raconte … tout en poursuivant son dessin à l’encre de chine et à la plume. La danse de la plume de l’encrier à la page blanche, le trait sûr qui s’esquisse et l’âne rigolard qui apparaît, défi à l’art contemporain. Ça se passe aux Imaginales !

Discret, mais disert quand on le laisse conter, il trace ses traits en racontant la farce de Roland Dorgelès.

L’âne de Dorgelès

Lassé des critiques d’art qui se prennent au sérieux, Roland Dorgelès avait concocté un grand événement pour l’exposition d’un peintre mexicain exceptionnel et inconnu. Le retentissement déplace du monde, les grands noms viennent voir ce grand peintre, qui ne vient pas, mais l’exposition a bien lieu. Roland Dargelès joue le jeu jusqu’au bout … avant de révéler que c’est un âne avec un pinceau au bout de la queue qui a réalisé ces oeuvres grandioses !

Tout ou n’importe quoi

Un sens du comique de situation et de la dérision que reprend à son compte JM Damien. Il a d’ailleurs édité un livre de dessin d’humour sur l’art contemporain. « C’est comme l’histoire de la femme de ménage qui jette les installations de fin de repas  des artistes en croyant que c’était un tas de bazar à nettoyer,  ou l’artiste Aï Weiwei considéré comme un des meilleur sculpteur et performer chinois, qui après avoir reçu un cocard, l’avait exploité comme une oeuvre d’art… », poursuit-il. Des anecdotes, il en a à la pelle, se moquant de l’art contemporain, où tout et n’importe quoi devient art, sous prétexte traduire les comportements sociaux …

Une oeuvre d’art, c’est une émotion !

« Plus vous avez un ego surdimensionné, mieux ça fonctionne, ironise-t-il. Le discours a pris le pas sur la performance. Une oeuvre d’art, c’est avant tout une émotion !« . Diantre ! Visiblement, le contemporain ne l’émeut pas … Pour lui, l’art, c’est du travail, de la réflexion, de la sueur, de la conviction voire de la provocation, c’est faire réagir les gens, les mettre sens dessus dessous. Et il opte pour l’humour et la dérision. « Le rire désarme, ne l’oublions pas pour Pierre Dac et l’humour est la forme la plus saine de la lucidité (Jacques Brel) ». Ils n’y ont pas survécu, mais on en parle encore.

Le Moule-à-Gaufre

Jm Damien a exposé 19 ans à la fondation des arts graphiques auprès des grands comme Moebius, Franquin et quelques autres. Il a ensuite travaillé pour différents journaux, dont « L’idiot international » et « Science et Vie ». Après un arrêt de quelques année, en 2003, il intègre un atelier d’artiste en Bretagne, où il rencontre Anick Lilienthal, avec qui il fonde « Le Moule-à-Gaufres ». Depuis, il publie de nouveau.

 

Commentez l'article »