Lamarche – Une centaine de manifestants pour défendre l’hôpital !

B.Boulay 29 juin 2017 0
Lamarche – Une centaine de manifestants pour défendre l’hôpital !

Les salariés et les habitants ont peur qu’on ferme l’hôpital de Lamarche actuellement en mauvaise posture financière, mais celui-ci représente 120 emplois ! C’est la vie de cette commune qui serait en jeu. Plus d’une centaine de personnes manifestaient mercredi 28 juin, pour défendre leur hôpital.

Cet hôpital de proximité représente un service de soins pour personnes âgées performant. C’est aussi le principal employeur. Mais l’établissement présente aujourd’hui un déficit cumulé de près 1,3M€ et une créance de 500 000€ auprès de ses fournisseurs.

Une pétition réclame le départ du directeur

Pour les délégués CFDT, la faute en revient au directeur, François Fouchet. 99 salariés sur 129 auraient signé une pétition pour son départ, persuadés que c’est une mauvaise gestion qui a provoqué la situation actuelle. « Mais ce n’est pas le cas, défend le directeur. Ça fait 12 ans que je suis aux commandes, on ne devient pas mauvais du jour au lendemain ! Mais l’Agence Régionale de Santé (ARS) veut prendre ce prétexte pour me mettre sur la touche et placer un directeur intérim qui ira dans le sens de ce qu’ils souhaitent faire et qu’on a tous refusé, c’est à dire placer les hôpitaux vosgiens sous la tutelle de Nancy« .

La menace de fermeture est sérieuse !

« Je suis un fervent défenseur de la proximité, défend-il. Il est délégué régional de l ‘ANCHL (association nationale des centres hospitaliers locaux) pour la Lorraine. « La menace de fermeture est réelle, poursuit-il, mais l’activité de l’hôpital est bonne. On va même récupérer 100k€ pour les soins de suite parce que les hôpitaux vosgiens en général étaient sous dotés et 350k€ en rattrapage de l’État pour la maison de retraite, mais ce sera étalée sur 7 ans ».

Une unité de plus sans moyens supplémentaires

« Ce qui a causé le déficit, c’est qu’on nous a imposé l’ouverture de l’unité de Martigny-les-Bains, il y a 2 ans. C’était une volonté du Conseil départemental et l’idée était bonne. L’ARS a donné son aval, mais n’y a pas mis 1€ ! On ne nous a jamais donné les moyens de fonctionner avec une unité de plus sur un second site et au bout de 2 ans, le déficit s’est cumulé.« 

J’ai été contraint d’arrêter les 9 CDD

L’hôpital propose 26 lits sanitaires et 116 lits médico-sociaux. 40 lits ont été transférés à Martigny-les-Bains. « Nous avons réorganisé nos effectifs, mais il a fallu recruter une équipe de nuit de 6 agents, détaille le directeur. Donc une dépense complémentaire sans compensation en parallèle d’une baisse de dotations de l’État pour les soins de plus de 400k€ (économie nationale et crédits non renouvelés). Je dénonce une volonté de l’ARS de mettre l’établissement en difficulté. Le 6 avril, le budget a baissé de 9 000€, alors qu’on avait déjà payé 30 000€. J’ai été contraint d’arrêter les 9 CDD (5 équivalent temps plein) en juin« .

On est en sous effectif et ce n’est pas tenable !

Mais effectivement, le directeur le reconnait, avec l’effectif actuel, ce n’est pas tenable. « Avec le maire, nous rencontrons le directeur de l’ARS pour négocier une avance de trésorerie et des moyens fonctionnels adaptés. Début juillet, elle va devoir prendre des décisions. Je dépose demain un référé auprès du tribunal administratif pour débloquer le financement des CDD, parce que c’est une erreur manifeste d’appréciation et qu’on ne peut pas fonctionner comme ça ».

C’est la chronique d’une mort annoncée

« Mais  la CFDT qui veut me faire partir, se trompe de combat. L’ARS mettra un directeur provisoire qui viendra de Paris. Il coûtera 200K€ et ne pensera que rentabilité certainement pas proximité. C’est la chronique d’une mort annoncée ». Si tout le monde est d’accord sur le fait de vouloir garder l’hôpital, il semble que la CFDT mène une autre guerre.

Commentez l'article »