Plaine – Les attaques du loup continuent !

B.Boulay 1 mars 2016 0
Plaine – Les attaques du loup continuent !

Le loup a encore frappé. Ça fait 2 jours de suite pour le même élevage de Franck Duval à Soncourt ! Une brebis a été tuée et le loup photographié ! Face aux attaques répétées, l’ ONCFS avait installé un système de caméra. Mais il n’a pas été le seul frappé aujourd’hui. 3 agneaux d’un cheptel appartenant à Mr Carteret de Doulaincourt en pâture à Châtenois au lieu dit « Le Vramont » ont été tués et dévorés.

Les constatations sont en cours avec l’ONCFS. Franck Duval a un élevage conséquent de 500 brebis, mais son voisin, qui n’en a que 50 qu’il garde près de chez lui, est pareillement ciblé. Sur 16 agneaux, il ne lui en reste plus qu’un. Les 15 autres ont été victimes du loup.

Électrification en cours

Aujourd’hui, Dominique Candeau, technicien de la Chambre d’agriculture et Loïc Doumazane, référent environnement de le Direction départementale du territoire,  montaient le poste de commande pour une protection électrique. Pour l’instant, Franck Duval a des pâtures entourées de grillages plutôt destinés à ce que les brebis ne se sauvent pas.

Quelques coups de jus… et un peu de répit

Du fait des attaques répétées, il installe une protection électrique avec un fil bas et un fil haut décalés par rapport à la clôture. Mais le loup peut sauter jusqu’à 2,50m alors … il espère que prendre quelques coups de jus découragera le prédateur, le temps de construire des parcs électrifiés à l’intérieur des pâtures pour y mettre les bêtes la nuit.

Favoriser des infections contagieuses comme le piétin

« Mais concentrer les brebis sur un espace restreint pose des problèmes sanitaires au niveau des sabots entre autres où la contagion est rapide, explique-t-il, et en été, les brebis qui ont chaud ne mangent pas la journée, elles se nourrissent la nuit quand il fait frais. S’il faut les abriter la nuit, il faudra acheter du foin pour les nourrir. Ça va à l’encontre de l’élevage que l’on veut faire ».

 De l’électricité et des patous

Mais plutôt que de perdre ses bêtes de cette façon horrible, Franck Duval est prêt à créer ces enclos protégés à l’intérieur des pâtures, elles-même protégées. « Nous savons que les clôtures ont une efficacité limitée. Elles doivent être combinées avec des chiens patous », reconnait Dominique Candeau. Franck Duval fait le calcul, il lui faudrait 10 chiens car il a au minimum 5 groupes de brebis réparties sur 5 sites, au maximum 10 à 12 « lots » et les chiens pour être efficaces doivent fonctionner par 2. Tout simplement impossible !

Le loup tue plus que pour se nourrir

Mais la constatation en 2016, tendance déjà amorcée en 2015, c’est que le loup aujourd’hui, ne tue plus seulement pour se nourrir et il semble qu’à certains moment il y ait des attaques simultanées sur 3 lieux différents. Le loup pourrait-il se déplacer à cette vitesse sur de telles surfaces ? Ou a-t-il proliféré ?

ONCFS : Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

http://www.actu88.fr/le-loup-comment-gerer-ce-predateur-protege-qui-decime-les-troupeaux/

http://www.actu88.fr/comite-de-suivi-du-loup-le-loup-reprend-du-poil-de-la-bete-et-donne-du-fil-a-retordre/

 

Commentez l'article »