R&D, un comité de labellisation pour capter des fonds

B.Boulay 23 novembre 2012 0
R&D, un comité de labellisation pour  capter des fonds

Mercredi à Nancy, les 4 pôles de compétitivité du Grand Est créaient un comité de labellisation « Entreprises Innovantes des Pôles », pour préparer les entreprises sélectionnées à séduire les investisseurs.

 

Même en économie, la séduction fait loi. « On ne séduit qu’une fois », assène les participants. Ce qui demande une professionnalisation de la demande de fonds. C’est pourquoi les 4 pôles du Grand Est, Alsace Energivie, Materalia, Fibres et Hydreos se sont associés pour créer un comité de labellisation EIP. La démarche initiée à la demande de leurs conseils d‘administration, aura demandé un an pour être finalisée.

Le comité se réunira deux fois par an, en tournant sur les divers territoires concernés. « Nous tiendrons compte de la temporalité de l’entreprise et de ses contraintes», assurent les directeurs de pôles. A chaque séance, le comité examinera 4 à 5 dossiers d’entreprises à fort potentiel technologique, sélectionnés par les Pôles.

4 entreprises devant le comité

Le matin même, à la CCI de Meurthe-et-Moselle, 4 entreprises sont passées devant la commission, 2 ont retenu l’attention d’investisseurs potentiels.

Outre les dirigeants des pôles, le comité comprend des représentants de divers fonds d’investissement nationaux et régionaux (l’AFIC, Business Angels, OSEO) et des organismes comme RETIS (réseau français de l’innovation). Une composition qui permet d’avoir un aperçu des sensibilités des investisseurs.

« A l’heure où l’on cherche efficacité et efficience par rapport à l’utilisation de l’argent public, cette démarche collaborative est un bon exemple de partenariat actif », souligne Boris Quarnier, CCI Meurthe-et-Moselle. La caisse des dépôts nationale soutient également l’initiative : « La levée de fonds a ses règles, confirme Julien Taris, ce n’est pas de la compétence des pôles. Il faut des experts ».

Une garantie

Le label oblige les entreprises sélectionnées à défendre leur dossier, à examiner chaque interpellation, à préparer leur argumentation, à fournir des chiffres et des illustrations de leur projection dans l’avenir. « Le label est une garantie que nous apportons aux investisseurs par nos expertises. C’est une façon de leur dire : ces entreprises sont particulièrement intéressantes, regardez-les ! ».

Les entreprises candidates devront tenter de convaincre les investisseurs qu’ils gagneront à parier sur elles. Tâche peu évidente, quand il s’agit de projets en recherche et développement, même s’ils sont proches de la concrétisation. C’est à cet exercice que les prépare le label. Il permet de limiter le risque d’échec. « Si les entreprises ne sont pas prêtes, elles pourront retravailler leurs points faibles avec des experts et revenir, elles n’auront pas  « grillé » leurs chances auprès des investisseurs ».

D’autres mutualisations

La personnalité du chef d’entreprise, la rencontre entre une technologie et un marché, la présence d’une équipe capable de développer la technologie, tous ces critères sont déterminants pour créer une alchimie gagnante.

C’est à Polinvest , association qui regroupe les divers pôles, que revient la responsabilité d’organiser les relations avec les fonds d’investissement pertinents et d’accompagner ces entreprises dans leur recherche de financement en fonds propres.

Ces premières collaborations devraient convaincre les régions de contribuer au financement de l’accompagnement des entreprises et impulser d’autres mutualisations comme la formation à l’innovation pour le développement durable ou l’accompagnement à l’export.

 

EIP : Entreprises Innovantes des Pôles 

Les 4 pôles

Alsace Energivie labellisé en 2010 Objectif : développer des solutions techniques fiables pour construire et équiper dès 2015 des bâtiments à énergie positive

140 membres, 125M€ de projets

1 convention avec le Pôle fibre

 

Materalia sur 2 régions Champagne Ardenne et Lorraine

Travaille sur les matériaux et les procédés dans 4 domaines, l’énergie, l’automobile, l’aéronautique et le médical.

140 membres 192M€  dont 158 financés sur les 260 projets

 

Fibres sur l’Alsace et la Lorraine

Matériaux et éco-innovation, mutation de matière des produits en fin de vie

Dans bâtiments, transports, santé et protection aux personnes

230 membres, 180 projets pour 350 M€

 

Hydreos créé en 2010sur l’Alsace- Lorraine

Autour des métiers de l’eau

Transport et stockage de l’eau, maîtrise des pollutions, écosystèmes aquatiques, agriculture respectueuse de l’eau

80 membres, 12 projets financés pour 34M€ sur 28 projets

 

 

Un comité de labellisation pour séduire les investisseurs

Commentez l'article »