Réfugiés – Rassemblement contre l’expulsion de 2 familles ce lundi !

B.Boulay 13 novembre 2017 1
Réfugiés – Rassemblement contre l’expulsion de 2 familles ce lundi !

La ligue des droits de l’homme et Asil’Accueil88 appellent à un rassemblement de solidarité lundi 13 novembre à 15h 30 devant la préfecture d’Épinal.

Deux familles de chez nous présentes depuis près d’un an à St-Dié et Épinal ont reçu de la préfecture un avis d’expulsion avec billet d’avion pour la semaine prochaine, mardi et mercredi. D’autres sont sur la liste pour les semaines à venir.

Effondrées !

« On est en train de briser leur vie. Ces familles sont sous le choc et complètement effondrées depuis qu’elles ont reçu, coup sur coup, une obligation de quitter le territoire Français, une assignation à pointer quotidiennement à la police, et enfin les horaires d’embarquement à Roissy », explique Jean-Louis Didelot.

Toutes 2 ont fui l’Arménie

Leur parcours est relativement semblable, puisque toutes deux ont fui l’Arménie, pays déclaré sûr, mais totalement instable avec des violences quotidiennes graves exercées sur les opposants et les citoyens en vue. Elles ont cherché refuge dans notre pays, tissé des liens, appris la langue, les enfants en âge d’être scolarisés se sont rapidement intégrés et les autres se sont engagés dans la vie associative et le bénévolat.

« Dublinés » sans l’avoir voulu

On les a classés en « procédure Dublin », une famille ayant transité par la Suède où l’on veut les renvoyer, alors que ce pays leur a notifié un refus de reprise en charge, l’autre ayant des passeports portant visa italien, pays où ils n’ont jamais mis les pieds et dont on sait qu’il ne les reprendra pas non plus, submergé par les 200.000 migrants débarquant chaque année du continent africain. Là-bas, il n’y a pas d’accueil possible !

Le retour au pays serait un arrêt de mort

Les intéressés savent qu’un transfert en Arménie équivaut pour eux à un arrêt de mort. Il leur est impossible de concevoir un retour dans ces conditions. Si tout allait bien, ils n’auraient jamais quitté leur terre, leur maison, leur travail, leur amis. Ils demandent même que leurs noms ne soient pas rendus publics, par crainte des représailles vis-à-vis de leur famille restée au pays.

Des familles bien intégrées et engagées dans l’associatif

« C’est pourquoi, nous, citoyens français, attachés aux droits fondamentaux de la personne humaine et aux valeurs de la République, demandons instamment à Monsieur le Préfet des Vosges d’examiner avec humanité leur situation et de les autoriser à présenter leur demande d’asile en France », insistent les 2 associations qui les accompagnent. Venez les soutenir !

Un commentaire »

  1. DE VAUDICOURT 16 novembre 2017 sur 20 h 36 min - Reply

    BONJOUR,
    Cela fait chaud au coeur de voir votre média donner une large place à cet évènement auquel je n’ai pas pu être présent .Vous êtes un modèle à suivre… Peut-être ne touchez-VOUS pas les subventions allouées par les gvts ? Comme d’autres…Suivez mon regard ! Ceci écrit quelle honte pour au premier chef pour l’es exécuteurs des basses oeuvres des gouvernement sarkosy, hollande, napoléon-macron , de leurs sbires; ministres de l’intérieur successifs et leurs fidèles caniches les préfets qui n’ont même pas le courage de jouer leur clause de conscience. C’est vrai, nous ne sommes plus au temps du General de la BOLLARDIERE, voire de JJSS qui a démissionné de son porte feuille de ministre, suite à une explosion atomique giscardienne… Ils en avaient ces mecs en ce temps là, et au-delà de leurs éventuelles convictions politiques…
    Messieurs les expulseurs, un jour vous aurez à rendre des comptes de vos infamies… Il y a un « pote » à moi qui a dit: « Ce que vous aurez fait à un de ces petits qui sont les miens, c’est à MOI que vous l’aurez fait » Alors, réfléchissez avant de faire des conneries…dont vous aurez à rendre compte…A bon entendeur …

Commentez l'article »