Nappe des Grès du Trias inférieur – Des avancées !

B.Boulay 14 décembre 2016 0
Nappe des Grès du Trias inférieur – Des avancées !

C’est désormais Régine Begel qui préside la CLE (1) et le conseil départemental a repris la gestion du  SAGE(2). Il n’y a donc plus de conflit d’intérêts et la commission s’ouvre à la concertation. Des avancées saluées par le Collectif Eau 88, d’autant plus que Nestlé annonce une baisse de ses prélèvements de 100 000m3 pour 2017 !

La situation n’en reste pas moins problématique : la nappe du Grès du Trias inférieur accuse un déficit annuel de 1,3Mm3. Nestlé Waters fait un pas en avant et annonce qu’il diminuera ses prélèvements de 100 000m3, soit de 850 000m3 à 750 000m3/an. Par contre pas d’ouverture actuellement pour la fromagerie de l’Ermitage qui reste sur ses 650 000m3/an et ne voit pas comment réduire son volume de prélèvement.

Les habitants d’abord !

« La ressource en eau est un bien commun et la priorité doit rester les besoins d’alimentation en eau potable des habitants », rappelle le Collectif Eau 88, qui plaide pour une réduction des prélèvements des industriels en alimentant les chaines de production en circuit fermé.Il y a une inversion des priorités, puisque le BRGM part du principe qu’il ne faut pas toucher aux volumes des industriels.

 En circuit fermé, ça coûte combien ?

La simple évocation d’un circuit fermé fait bondir Jean-Charles Le Squeren, directeur général de la fromagerie l’Ermitage. « Il y a un investissement au départ pour les entreprises qui voudraient tourner en circuit fermé et il y a ensuite un coût de fonctionnement, puisqu’il faut traiter les eaux usées », reconnait le Collectif, qui préconise une étude technico-économique pour en estimer les surcoûts.

Gare aux apprentis sorciers !

La CLE poursuit l’étude de la solution qu’elle envisage à savoir le transfert d’eau provenant d’autres captages. Elle veut recenser les ressources disponibles pour évaluer les contraintes d’un transfert. Ce scénario effraie le Collectif Eau 88, qui craint que ça revienne à jouer aux apprentis sorciers. « Il est très difficile d’évaluer l’impact d’un tel transfert sur l’environnement, sur la biodiversité et les zones humides ». D’autant plus que cette étude ne pourra être commanditée que si la solution est adoptée. « C’est osé en période de réchauffement climatique ! ».

Une instance de concertation

« Notre mobilisation a eu l’intérêt d’aborder des questions qui n’avaient même pas été envisagées comme la contribution des industriels aux économies ou l’ordre des priorités. Nous avons suscité chez les citoyens et les élus, une prise de conscience des enjeux », se félicite le Collectif, qui apprécie l’ouverture qui anime la CLE. Une structure de concertation est mise en place. L’enjeu est de taille et la solution complexe. Il faudra certainement bien des discussions animées pour parvenir à une décision équilibrée qui ménage les intérêts des uns et des autres.

(1) CLE : commission locale de l’eau, (2) SAGE : Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau

http://www.actu88.fr/eau-les-efforts-doivent-concerner-aussi-les-industriels/

http://www.actu88.fr/gres-du-trias-le-collectif-de-leau-tire-la-sonnette-dalarme/

http://www.actu88.fr/nappe-du-gres-du-trias-non-au-transfert-deau-massif-13mm3/

Commentez l'article »