Raynald Magnien-Coeurdacier dénonce une campagne de calomnies

B.Boulay 2 juin 2017 4
Raynald Magnien-Coeurdacier dénonce une campagne de calomnies

Nous rappelons que toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été prouvée. Actu88 a rendu compte d’une mise en cause auprès du garde des sceaux et d’un signalement auprès du procureur.

 

http://www.actu88.fr/monthureux-sur-saone-le-maire-et-candidat-en-marche-soupconne-de-harcelement-et-de-detournement-dargent-public/

4 commentaires »

  1. RAGOT 3 juin 2017 sur 10 h 08 min - Reply

    Monsieur le candidat En Marche pour la quatrième circonscription de Vosges,

    Votre réponse dans « actu88 » est conforme à ce que j’attendais de vous. Vous niez les faits mais sans aucun argument.

    Vous dites qu’il s ‘agit là de diffamation savamment orchestrée à une semaine du premier tour. Vous avez raison sur un point nous sommes à une semaine du premier tour.

    Pour le reste comme je vous y ai invité à le faire lors de la réunion publique que vous avez tenue à Monthureux-sur-Saône le 29 mai 2017: déposez plainte contre moi!

    Monsieur le candidat, depuis que vous savez qu’une plainte a été déposée contre vous par mes soins, vous passez votre temps à chercher à avoir des éléments sur le dossier que je détiens.

    J’ai bel et bien déposé une plainte à votre encontre, mais il semble que Monsieur le Procureur de la République à ÉPINAL, ne l’ai pas encore eue entre les mains.

    J’ai déposé le dossier entre les mains de Madame RETOURNARD Laura, la réceptionnistes du TGI d’Épinal, le 30/05/2017. Malgré mes recommandations sur le caractère important et urgent qu’il y avait à remettre immédiatement le dit dossier au Magistrat, elle n’a pas saisi l’importance de ces documents qui vous mettent en cause et la nécessité de les faire parvenir dans les plus brefs délais à Monsieur le Procureur de République.
    La plainte a bien été déposée, je dispose d’une lettre de remise portant le tampon dateur du TGI et l’identité de la réceptionniste ainsi que sa signature qui en atteste.

    N’ayez crainte, ce petit contretemps sera réparé dés mardi 7 juin 2017.

    Depuis votre réponse, d’autres témoins de vos actions coupables m’ont contacté. Par malheur beaucoup de faits sont éteints par la prescription. Mais pas tous, je vous rassure.

    Vous voulez savoir pour qui je roule monsieur le candidat ?

    Je vous le dis, je roule pour une Dame souvent représentée les yeux bandés, tenant dans une main une balance et dans l’autre un glaive. Cette Dame s’appelle « Justice »…
    Je ne vais pas attendre qu’un salarié de la Mairie ou de MINOS, se suicide pour mettre fin à vos actions pernicieuses et dangereuses pour la vie d’autrui.

    Vous vous prévalez de valeurs dans le domaine social ?
    Comment expliquez alors vous votre continuel marché de dupes auprès des salariés de MINOS. Vous les jetez comme des malpropres, dés que le contrat aidé renouvelable dont ils bénéficient parvient à terme. Dans chaque cas, vous leur avez fait de nombreuses mais fausses promesses sur leur avenir professionnel au sein de l’association dont vous êtes vous même un salarié.

    Très peu de salariés en insertion ont bénéficié d’un accompagnement socio-professionnel après les avoir poussés vers la porte, les sorties positives sont inexistantes.

    J’en profite également pour vous informer de la création d’un collectif pour dénoncer l’ensemble de votre œuvre dans notre chère commune que vous avez laissée mourir (Perception fermée, Gendarmerie fermée, Poste fermée ou peu s’en faut, cette liste n’est pas exhaustive) .

    Vous devriez savoir que l’on ne peut pas impunément bafouer les Lois sans un jour croiser Dame Justice.

    Régis RAGOT

  2. Jean 3 juin 2017 sur 21 h 06 min - Reply

    D’aucuns penseraient que ce genre d’actions à 15 jours d’une élection ressemble étrangement à une tentative de déstabilisation politique, mais je ne suis pas de ces gens-là.

    Si seulement il y avait plus d’éléments aussi dévoués et loyaux que vous au sein des Forces de l’Ordre et de la Justice, cher Régis, la France en sortirait grandie et les malotrus jugés.

    Puisse Dame Justice nous éclairer sur cette sombre affaire et donner son jugement implacable dans les plus brefs délais.

    Un concitoyen concerné

  3. Hervé Schmidt 5 juin 2017 sur 18 h 11 min - Reply

    bonjour Régis, j’interviens dans cette discussion à deux titres, je suis administrateur à MINOS et je suis conseillé municipal; à ces deux titres j’ai des contacts réguliers avec Raynald Magnien Coeurdacier que tu accuses de malversations, de mépris pour les employés et de malhonnêteté.
    Il y a quelques mois une campagne de dénigrement contre lui a été menée à MINOS, en tant qu’administrateur je me suis entretenu avec les personnes qui demandaient une rupture conventionnelle afin de rechercher une confirmation aux faits évoqués dans la campagne de dénigrement: les raisons évoquées par les personnes entendues n’ont absolument pas confirmé ces rumeurs et actuellement MINOS fonctionne de manière calmée et dans une ambiance générale que l’on pourrait cataloguée de plaisante. Tu dis que le directeur rejette avec mépris les employés en fin de contrat, c’est de la délation, excuse-moi de te le dire, car s’il pouvait garder et trouver du travail pour eux, il le ferait avec plaisir, mais comme tu le sais, je présume, le gisement d’emplois au niveau local n’est pas très riche et les règles de fonctionnement de l’entreprise sociale et solidaire (pour MINOS comme pour les autres entreprises du même genre) ne permettent pas de garder en insertion de manière indéfinie, un employé.
    Au niveau municipal maintenant, j’ai été élu conseiller sur une liste d’opposition à la sienne, la aussi , dans ma liste, on m’avait dépeint le personnage d’une manière tout sauf peu fréquentable, et là aussi, malheureusement pour tes accusations, je me suis rendu compte que le portrait était tout sauf honnête, le maire que j’ai côtoyé n’était pas le personnage infâme décrit et j’ai actuellement un profond respect pour son comportement avec les autres et avec les règlements et les lois.
    Dans le bilan de son action, que tu cites comme preuve de son incompétence, je te ferais remarquer que le maire d’une commune n’a pas compétence pour empécher le ministère des armées en ce qui concerne la gendarmerie, le ministère des finances en ce qui concerne la perception et je ne sais pas qui en ce qui concerne la poste, de fermer des sites; ou alors ajoute également à son bilan la fermeture de la gare et des usines Gantois.
    Enfin pour finir, tu cites la création d’un collectif de surveillance et de dénonciation dans le but de mettre Raynald Magnien-Coeurdacier sous surveillance, est il possible de connaitre ces justiciers? car je m’interroge sur leur motivation: justice ou autre chose?
    La dame que tu dis servir possède effectivement un glaive et une balance, mais elle est aussi représentée avec un bandeau sur les yeux qui signifie qu’elle doit être impartiale et ne pas prendre partie, elle est aussi quelque fois représentée écrasant sous son pied un serpent et je me plais à penser que cela signifie qu’elle rejette la calomnie.
    Sur ces quelques remarques je te salue et au plaisir de se revoir.
    Amitié

  4. M-A 7 juin 2017 sur 19 h 32 min - Reply

    Monsieur,
    Je tiens à répondre à votre commentaire qui fait suite à la réponse de Monsieur RAGOT, car ce qui a retenu mon attention dans votre dénégation de ce qu’il affirme à propos de Monsieur Magnien, c’est votre dernière phrase. En effet ,votre conclusion lyrique aux accents presque hugoliens reprend l’allégorie de la Justice : cette femme qui possède un glaive et une balance et qui écrase le serpent symbole de la calomnie .
    Or ,il me semble , (eh oui ! moi aussi j’ai envie de filer la métaphore ) que la Calomnie est une femme scélérate ,une voleuse ,elle ne marche pas à découvert , elle est furtive, perfide et elle frappe dans l’ombre, pourtant, je constate que les reproches adressés à Monsieur Magnien, ont été faits au grand jour , au vu et au su de tous , c ‘est à dire publiquement.
    En outre , accuser quelqu’un de calomnie oblige moralement, selon moi, à apporter des preuves tangibles, irréfutables et incontestables ; j’illustrerai mon propos avec une célèbre citation d’Étienne de la BOETIE, grand humaniste du XVI siècle qui s’insurgeait contre la domination d’un seul mais aussi contre la soumission de tous, dans : Discours sur la Servitude Volontaire.
    Étienne nous dit : «  On n’accuse guère, lorsque l’on veut être juste, quelqu’un d’avoir calomnié, sans spécifier la calomnie et sans la prouver. Nul rang, nulle position n’affranchit de ce devoir. »
    Or, en ce qui nous concerne, en quoi est ce une calomnie ?
    Est ce une calomnie lorsque l’on relate certains faits apparemment connus de tous ?
    Est ce une calomnie, lorsqu’un homme, épris de justice, n’ayant rien à gagner, mais tout à perdre, défend des personnes d’une extrême fragilité ?
    Est ce une calomnie enfin lorsque ces même personnes témoignent avec courage et détermination de leur terrible expérience et de leur désespoir !

    Si c’est là Monsieur, de la calomnie, alors il serait bon que notre Académie se penche sur ce mot pour lui donner une nouvelle définition.

    Sur ces remarques, je vous salue respectueusement.

Commentez l'article »